EHPAD : un nouveau service pour les résidents souffrant de désorientation

L'EHPAD des trois Vallées vient d'inaugurer ce lundi 4 décembre une nouvelle unité de soins et d'accompagnement pour les résidents souffrant d'une désorientation légère.

Divers

Publié le mardi 5 décembre 2017

Un nouveau service pour les résidents souffrant d’une désorientation légère :

Créé dans le cadre du projet d’établissement de l’EHPAD des 3 Vallées (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes), le Pôle d’Accompagnement et de Soin Adapté (PASA) appelé « les papillons » est un service qui s’adresse aux résidents souffrant d’une désorientation légère accueillis au sein du secteur dépendance (c’est à dire hors UPAD).

Ces résidents ont besoin d’un lieu enveloppant (pas trop grand) et doté d’un encadrement stable.

La désorientation spatio temporelle provoque de l’inquiétude, voire de l’angoisse lorsque les espaces sont très grands et qu’un nombre important de personnes se trouve à proximité immédiate. Cette angoisse peut engendrer des troubles du comportement.

Les personnes souffrant d’une légère désorientation, on tendance à appeler les aide soignants de façon très répétitive. Le PASA est également une piste de solution pour diminuer les demandes incessantes d’aide.

 

Des activités adaptées aux pathologies des résidents du mardi au jeudi :

Dans le cadre de cette unité, plusieurs activités adaptées à leur pathologie sont proposées aux résidents du mardi au jeudi inclus (de 11h à 16h).

Virginie Reboul, psychomotricienne à l’EHPAD, assure la coordination et l’animation du PASA. Elle est aidée par Ibrahima Barry, sous contrat d’apprentissage, lequel prépare le diplôme d’Accompagnement Educatif et Social.

 

Un pôle auto financé par l’EHPAD

Ce pôle est intégralement financé par l’EHPAD lui-même. Un redéploiement des moyens a été opéré de façon à couvrir cette nouvelle dépense.

Ainsi, les interventions de Virginie Reboul, auprès des résidents du Plessis, ainsi que la séance de psychomotricité au sein de l’EHPAD ont été remplacées par les interventions d’éducateurs sportifs financés par l’ARS.

 

Localisation

Partager cette page sur :